Qui a épousé Tokugawa Ieyasu?

Asahi no kata a épousé Tokugawa Ieyasu .

Chaa a épousé Tokugawa Ieyasu .

Okaji no Kata a épousé Tokugawa Ieyasu .

Saigō a épousé Tokugawa Ieyasu .

Tsukiyama-dono a épousé Tokugawa Ieyasu .

Yōgen-in a épousé Tokugawa Ieyasu .

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu (徳川 家康, né le et mort le ) est daimyo puis shogun du Japon.

Il est le dernier des trois unificateurs du Japon de l'époque Sengoku, après Oda Nobunaga et Toyotomi Hideyoshi (aussi nommé « Hashiba »).

 Lire la suite...
 
Wedding Rings

Asahi no kata

Asahi no kata

Description en français, langue française introuvable, nous n'avons qu'une description en anglais:

Asahi no kata (朝日の方) (1543 – February 18, 1590) was a Japanese woman and aristocrat of the Sengoku period. She was a half-sister of Toyotomi Hideyoshi and wife of Tokugawa Ieyasu, two of Japan's greatest feudal warlords. She is also called Suruga Gozen (駿河御膳) and Asahi-hime (朝日姫), though none of these are names, referring to her as "the person of Asahi", "the Lady Suruga", or "Princess Asahi".

 
 

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu
 
Wedding Rings

Chaa

Dame Chaa (茶阿局, Chaa no Tsubone) (15? – ) est une concubine de Tokugawa Ieyasu, fondateur du shogunat Tokugawa de l'histoire du Japon. Elle vit dans la province de Tōtōmi,.

Lorsque le daikan (un fonctionnaire local) fait tuer son mari, elle en appelle à Ieyasu, alors seigneur du château de Hamamatsu; en conséquence, il punit le daikan.

Elle devient par la suite concubine d'Ieyasu et en 1592 lui donne un fils, Matsudaira Tadateru.

Chaa décède en 1621. Sa tombe se trouve au Sōkei-ji, temple bouddhiste situé dans l'arrondissement de Bunkyō à Tokyo.

 Lire la suite...
 

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu
 
Wedding Rings

Okaji no Kata

Okaji no Kata (お梶の方) ( - ) ou Dame Okaji, est une concubine de Tokugawa Ieyasu. Elle est d'une origine relativement inconnue. Elle est soit la fille adoptée d'Ōta Dōkan, fille de Tōyama Naokage, ou fille d'Edo Shigemichi. Ses autres noms sont Oha (お八の方) et Okatsu (お勝の方).

Beaucoup croient que Ieyasu rencontre Okaji à l'époque où il s'installe à Edo. En raison de son statut de concubine, son âge lors de leur rencontre n'est pas enregistré, mais certains historiens postulent qu'elle aurait pu être au début de son adolescence. Les deux se rencontrent à cause de son frère aîné qui atteint un statut plus élevé. Ieyasu est séduit par le charme de son esprit et en tombe rapidement amoureux. Elle est sur le point d'épouser Matsudaira Masatsuna, mais cela est annulé après qu'elle est tombée enceinte. Elle porte le dernier enfant de Ieyasu, Ichihime, une fille qui meurt à un âge très jeune.

Ieyasu passe pour avoir vraiment aimé Okaji et il existe quelques histoires qui les concernent. Il y a aussi une histoire invérifiable selon laquelle elle s'habille comme un homme et protège son mari à la bataille de Sekigahara.

Après la mort de Ieyasu en 1616, Okaji devint nonne bouddhiste sous le nom bouddhiste Eishō-in (英勝院). Elle décède à l'âge de 63 ans.

 Lire la suite...
 

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu
 
Wedding Rings

Saigō

Saigō

Dame Saigō (西郷局) ou Saigō-no-Tsubone (西郷の局) (1552– ), aussi surnommée Oai, est la première épouse et confidente de Tokugawa Ieyasu, le samouraï qui unifie le Japon à la fin du XVIe siècle puis qui le dirige en tant que shogun. Elle est également la mère de Tokugawa Hidetada, le deuxième des shoguns de la dynastie Tokugawa.

À la fin de l'époque Sengoku (fin du XVIe siècle), alors qu'Ieyasu accède au pouvoir shogunal, Dame Saigō exerce une action indirecte sur l'organisation et la composition du shogunat Tokugawa en influençant la philosophie de son époux, le choix de ses alliés et sa politique. Bien que moins connue que d'autres personnalités de cette époque, elle est généralement considérée comme le « pouvoir derrière le trône ». Ses contributions ont été estimées si importantes qu'à titre posthume, elle fut promue, par l'empereur du Japon, au plus haut rang de la hiérarchie de la cour impériale, accessible aux personnes ne faisant pas partie de la famille impériale.

Une fois installée dans une position sûre et respectée de première épouse et mère de l'héritier d'Ieyasu, Dame Saigō utilise son influence et sa richesse à des fins caritatives. Fervente bouddhiste, elle fait des dons en argent à des temples dans la province de Suruga où elle réside en tant qu'épouse du shogun, d'abord au château de Hamamatsu et plus tard au château de Sunpu. Comme elle est très myope, elle crée une œuvre de bienfaisance qui vient en aide aux femmes pauvres atteintes d'une déficience visuelle.

Dame Saigō meurt à un âge relativement jeune, dans des circonstances un peu mystérieuses. Bien qu’un assassinat ait été soupçonné, aucun coupable n'a été identifié.

Dame Saigō a quatre enfants : un fils et une fille (Saigō Katsutada et Tokuhime) d'un premier mariage, et en tant qu'épouse du shogun Tokugawa Ieyasu, deux fils (Tokugawa Hidetada et Matsudaira Tadayoshi). Parmi les descendants de Dame Saigō se trouve l'impératrice Meishō (1624-1696), l'une des très rares femmes à accéder au trône du chrysanthème en tant qu'impératrice régnante.

 Lire la suite...
 

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu
 
Wedding Rings

Tsukiyama-dono

Tsukiyama-dono

Tsukiyama-dono (築山殿) (1542 – 1579) est l'épouse officielle du shogun Tokugawa Ieyasu. C'est une fille du clan Imagawa, de Sekiguchi Chikanaga et d'une des sœurs cadettes d'Imagawa Yoshimoto, donc une de ses nièces. Elle est également descendante d'Imagawa Sadayo, important personnage du shogunat de Muromachi.

 Lire la suite...
 

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu
 
Wedding Rings

Yōgen-in

Description en français, langue française introuvable, nous n'avons qu'une description en japonais:

養儼院(ようげんいん、慶長2年(1597年) - 寛永2年3月28日(1625年5月4日))は、安土桃山時代から江戸時代初期にかけての女性。徳川家康の側室。駿河今川氏の家臣・黒田直陣の娘。お六の方と称した。

 
 

Les frères et sœurs de Tokugawa Ieyasu et leurs épouses:

Père de Tokugawa Ieyasu et ses épouses:

Mère de Tokugawa Ieyasu et ses épouses: